Mais du coup, j’ai pas le droit d’être triste ?

Photo by Nicolas

Nous avons tous (malheureusement…) autour des nous des personnes qui souffrent, qui perdent des êtres chers, qui traversent des moments plus ou moins pénibles.

Il nous arrive également des épreuves extrêmement douloureuses ou de « simples » coups de mou. Suivant la situation dans laquelle on se trouve, notre jugement sur celle-ci sera influencé par ce que vivent nos proches.

Qui n’a jamais vécu un moment dramatique et eu envie d’envoyer bouler tous ceux qui venaient se plaindre de quelque chose qu’on aurait qualifié de « bricole » ? A l’inverse, qui n’a jamais hésité à parler de sa baisse de moral de peur de se faire taxer de pleureuse ?

Le baromètre de gravité.

On a beau être de bonnes personnes, un jour ou l’autre, suivant notre état émotionnel, on peut se retrouver dans cette position de juge de la gravité. « Elle me saoule avec ses problèmes alors que je suis en train de perdre un proche ! » VS « Elle est en train de perdre un proche… Je vais la saouler avec mes problèmes de déprime… ».

Alors parfois, on se pose la question… Mais du coup, j’ai le droit d’être triste quand même ?

Parce qu’il arrive qu’on ait l’impression que nos problèmes sont insignifiants face à ceux de nos amis, de notre famille… Alors on tente de toutes nos forces de se noyer dans les phrases typiques du genre « tant qu’on a la santé ! » « ouais mais on est en vie alors on a pas le droit de se plaindre ! » « t’façons ça sert à quoi de pleurer hein ? » et bien oui, ça sert à quelque chose.

Peu importe l’intensité de notre douleur, les détails de nos peines. Les affronter en les regardant bien en face, s’autoriser un moment à être triste, à pleurer, à crier, c’est finir par les accepter (ou tout du moins les tolérer), les évacuer puis les classer (« dossier Connard n°1 qui m’a brisé le cœur » par exemple 😀).

Être heureux h24 7j/7 ce n’est pas normal, ce n’est pas sain et ce n’est surtout pas possible. Oui, on fait ce qu’on peut pour relativiser. Mais on accepte, sans jugement, nos maux et ceux des autres, on les accompagne vers la sortie du négatif (par là ➡ cordialement, la Direction) et on s’en sert comme d’une force ensuite, quand c’est digéré. Même si ça prend du temps, tout comme le deuil, nos chagrins doivent passer des étapes, être surmontés en passant par la case qui leur correspond (tristesse/énervement/ouiiiiiin *dégoulinages nez/yeux/bouche*).

J’ai tendance à inonder les gens de « good vibes », « pensées positives » et compagnie. Parce-que bien sûr, être heureux, penser positif, voir le verre à moitié plein, c’est quand même plus attrayant que de pleurer sur chacun de ses maux. Mais la vérité c’est qu’on a tous le droit d’être triste. Peu importe le jugement prononcé par nos « juges de gravité » respectifs. Être triste, énervé, c’est fonctionner correctement, avoir des sentiments. Imagine la bombe à retardement qu’est la personne qui garde en elle tous ces sentiments normaux… Quand ça pète vaut mieux être loin !

Sous prétexte de vouloir « être fort(e) », « être bonhomme ! », il nous arrive de vouloir esquiver la claque qui arrive droit sur nous. Mais sa puissance n’en sera que décuplée quand elle atteindra enfin notre joue. Prends-la, ta claque ! Laisse résonner ta joue. T’es secoué, c’est normal, tu ne t’y attendais pas. Prends le temps de réaliser. Dis « aaaaaaiiiiiieuuuh ». Pleures si tu en as envie (t’as des claques qui piquent hein !). Quand la trace de la main se sera atténuée ou aura disparue, on reprendra nos phrases du Dalai Lama.

Putain j’ai pété un ongle en tapant sur le clavier… Fait chiiiiiiiiiiier !
QUOI ? J’ai le droit d’être vénère on a dit. Comment ça c’est pas pris en compte ? Y a une liste des trucs futiles ? Mon ONGLE quoi…

Ps : Bon… La Juge de Gravité qui est moi te conseille, quand même, d’éviter de te plaindre de ta constipation quand ta meilleure amie vient de perdre quelqu’un… Je sais, je sais, j’ai dit qu’on pouvait, j’ai pas mis de limites, mais ça s’appelle du bon sens après… En tout cas, je ne serai pas responsable de la claque qu’elle te mettra si tu oses… AHAH.

Peace & Love & Mojitos


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s